Simulateur de Mêlée de Thales [vidéos] | Humanoides | Robots, Drones et Intelligence Artificielle

0

08.02.13 Simulateur de Mêlée de Thales [vidéos]

Blog_Humanoides_FR_Simulateur_Melee_Thales
   

Faisons abstraction de la récente défaite des Bleus face à l’Italie pour nous intéresser à cette drôle de machine que l’on voit en ce moment à la télé… Il s’agit d’un simulateur de mêlée (ou ‘scrum simulator’) développé par la société Thales, en collaboration avec la FFR et le CNRS. Cette araignée mécanique géante est donc bien réelle et permet à n’importe quel « pack » de s’entraîner et d’améliorer ses performances en toute sécurité…

En parallèle du tournoi des Six Nations, rendez-vous incontournable de la planète rugby, Adidas a choisi le simulateur conçu par Thales pour sa campagne de promotion en France. Les spots sont actuellement diffusés à la TV et si vous suivez un peu le tournoi, il est difficile d’y échapper…

« Le simulateur de mêlée s’est échappé du centre d’entraînement de Marcoussis. Avec le soutien de toute l’équipe et du public présents, les ‘costauds’ vont s’engager avec passion, énergie et force pour dompter la machine. » C’est l’angle choisi par Adidas, qui transforme le simulateur de mêlée développé par Thales en un extra-terrestre mécanique !

En étroit partenariat avec la Fédération Française de Rugby (FFR), les équipes de Thales ont développé ce simulateur révolutionnaire, qui reproduit fidèlement une mêlée réelle. Le dispositif a été programmé à partir des mouvements des huit joueurs d’un pack d’avants pour reproduire les forces et les faiblesses de n’importe quelle mêlée.

Equipé de capteurs d’une très grande sensibilité (de 1 gramme jusqu’à 4,4 tonnes) qui analysent en temps réel les poussées et les mouvements des joueurs, le simulateur peut reproduire un panel de comportements infini. Des calculateurs très puissants (1000 calculs par seconde) transmettent les informations à six vérins électriques qui assurent le déplacement du simulateur de mêlée en trois dimensions (hauteur, longueur, largeur). Le robot hexapode peut également être contrôlé à l’aide d’un joystick, ce qui permet à un entraîneur d’agir en direct pour obliger les avants à une coordination parfaite, en corrigeant leur entrée et leur poussée.

Il ne s’agit donc pas d’un simple simulateur de musculation qui ne mesure que la force, mais bien d’un outil conçu pour développer le contrôle sensori-moteur des joueurs. En effet, les faiblesses individuelles des joueurs se répercutent sur l’efficacité globale de la mêlée et ce simulateur permet de la rendre plus homogène en dépistant les faiblesses de chacun.

Blog Humanoides FR Simulateur Melee Thales pic1

A l’origine, l’objectif de ce simulateur était d’analyser les risques d’accident en mêlée et de les prévenir, notamment au niveau du rachis cervical. En effet, ce sont les instabilités dans la mêlée qui peuvent provoquer des accidents…

Ce projet, qui a été réalisé au sein du groupe Thales, a permis de marier la haute technologie, le sport de haut niveau et la recherche. En effet un groupe de sept personnes de Thales a travaillé sur le projet, dans le cadre d’une véritable collaboration technologique avec les équipes de la FFR, soutenu par le CNRS. Le développement a été mené en particulier par Didier Retière, en charge des avants de l’équipe de France, Pierre-Paul Vidal, directeur de recherche CNRS à l’université Paris- Descartes, spécialiste en neurosciences, Julien Piscione, docteur d’état en biomécanique, responsable du pôle scientifique de la FFR et Serge Couvet, ingénieur au sein des activités simulation de Thales.

« L’objectif est de faire bouger la mêlée comme un seul homme » commente Serge Couvet, ingénieur en charge de ce projet chez Thales.

Blog Humanoides FR Simulateur Melee Thales pic2

Grâce aux capteurs, situés entre le joug et la structure du simulateur, les poussées et les mouvements produits par les joueurs sont mesurés. Le simulateur, qui peut contribuer à la qualification des joueurs, réagit en temps réel, comme le ferait une mêlée adverse avec la stratégie de contrôle qu’on lui a programmée.

« Ce simulateur représente une véritable révolution – il s’agit non seulement du premier simulateur de ce type à être développé dans le monde, mais également de la première utilisation des neurosciences dans la conception d’un simulateur » précise Julien Piscione, docteur d’état en biomécanique, responsable du pôle scientifique de la FFR.

A quand les robots rugbymen humanoïdes ? Source

Ces sujets vous intéresseront aussi :

Commentaires