Innorobo 2013 : Interview de Catherine Simon, organisatrice du salon

0

14.03.13 Innorobo 2013 : Interview de Catherine Simon, organisatrice du salon

Blog_Humanoides_fr_innorobo_2013_interview_cover
   

La 3ème édition du salon international Innorobo, dédié à la robotique de services, aura lieu la semaine prochaine, du 19 au 21 mars 2013. Catherine Simon, fondatrice d’Innoecho, la société propriétaire et organisatrice du salon, a accepté de répondre à nos questions.


En 2012, vous aviez mis la barre très haut : 30 intervenants et non des moindres (Bruno Maisonnier d’Aldebaran Robotics ou Colin Angle d’iRobot), 100 stands et pavillons… Que nous réserve cette édition 2013 ?

Catherine Simon : L’édition 2013 est également en croissance par rapport à 2012 avec 130 exposants, un cycle de conférences organisé en coopération avec Thesame Innovation et Cap’tronic, et des nouveautés (appel à Start-ups notamment). De quoi démontrer le dynamisme de cette industrie naissante et le souffle nouveau qu’elle peut apporter aux industries traditionnelles.

Nous avons d’ailleurs une conférence dédiée à la nouvelle robotique industrielle ou cobotique, qui emprunte des technologies à la robotique de services (interfaces, mobilité) et s’adapte ainsi aux PME pour retrouver compétitivité et flexibilité et ainsi participer au « redressement productif ». Cette conférence comprend en particulier le témoignage de Vincent Schramm, Directeur général du Symop (Syndicat des Machines et Technologies de Production).

D’autres conférenciers exceptionnels avec Hugh Herr, Directeur du département de biomécatronique du MIT et Président de la start-up iWalk qui redonne la faculté de marche aux amputés; Bertin Nahum de Medtech Surgical avec son robot ROSA sur une conférence dédiée à la robotique médicale et de santé…

Nous avons aussi lancé le 1er appel à Start-Ups robotiques en décembre pour pouvoir accueillir des starts Ups innovantes à Innorobo devant un panel d’investisseurs. Il faut aider les jeunes entreprises à dépasser le cap de la recherche et du développement pour celui de la commercialisation qui nécessite des fonds. Il ne suffit pas de faire de la recherche, il faut aussi que celle-ci se transforme en réel impact sur le marché.

Nous avons toujours bien sûr de très nombreux conférenciers réputés pour intervenir sur les grandes thématiques de la robotique de services et les solutions qu’elle peut apporter dans les domaines tels que la santé, les énergies renouvelables, l’éco citoyenneté, la qualité de vie ….

Blog Humanoides fr innorobo 2013 interview pic2

Ainsi, INNOROBO est unique en Europe, voire mondialement, avec des facteurs différenciant forts :

  • Une dimension internationale affirmée. INNOROBO s’affiche comme le plus international des évènements mondiaux en robotique (Robotworld s’ouvre réellement à l’international seulement cette année, Robobusiness reste très américain, Irex très asiatique et peu occidental, Robotica Italy a initié une ouverture pan-européenne cette année).
  • Un positionnement de « sommet » alliant conférences de haut niveau et surface dédiée à des stands d’exposition et de démonstration, quand la plupart des évènements dédiés à la robotique sont soit l’un, soit l’autre. Par ailleurs, en 2013, un programme de conférences de haut niveau, l’ERF (European Robotics Forum) a lieu en simultané et en synergie avec INNOROBO. Innorobo est devenu en moins de 2 ans l’évènement référent en Europe en termes de robotique de services avec un hall d’exposition de 130 exposants représentant la diversité des champs d’applications de ce secteur émergent et son caractère mondial avec 14 nationalités différentes. Plus de 50% des robots et technologies démontrés sont nouveaux par rapport à l’édition précédente et ils ne sont pas loin de 300 à être démontrés pendant ces 3 jours.

Combien de visiteurs sont attendus sur le salon ? Quelle sera la proportion d’étrangers selon vous ?

C.S. : Il nous semble raisonnable cette année d’estimer le nombre d’entrées à 15 000 sur les 3 jours. Nous étions 12 000 en 2012 et 10 000 en 2011.

Nous avons maintenant une véritable reconnaissance des professionnels de la robotique, non seulement en France mais aussi auprès des pays de l’Union Européenne, ou encore en Asie (au Japon et en Corée essentiellement) et bien sûr aux USA. Lyon et la région Rhône-Alpes seront donc pendant 3 jours, un pôle d’attraction du monde des robotiques d’excellence.

Grâce à nos nombreux voyages à l’étranger, nos accords de collaboration et nos actions de communication, le % de visiteurs étrangers devrait donc être nettement supérieur aux années précédentes.

D’une année sur l’autre, les robots exposés sont de plus en plus évolués. Quelles belles découvertes vous attendez-vous à voir cette année ?

C.S. : On peut dire qu’il y en aura vraiment pour tous les goûts cette année ! tant du coté de la robotique de services professionnels que personnels. Nous allons avoir notamment dans le domaine de l’agriculture, des robots « désherbant » de façon précise et sélective, respectant ainsi la nature au mieux comme celui de la société Vitirover, ou encore un robot vendangeur VIN de Wall-Ye (dont nous avions parlé ici); dans le domaine du médical nous aurons le gant SEM de Robotdalen qui permet de redonner de la force pour les tâches de tous les jours aux personnes en perte d’autonomie; des robots et plateformes mobiles pouvant répondre à diverses missions : sauvetage en milieu difficile, études des sols, de l’eau ou de l’air, des véhicules autonomes comme le VIPA de Ligier; des technologies robotiques pour une meilleure qualité de vie : robots ménagers, aspirateurs, purificateur d’air, laveur de vitres, nettoyeur de gouttières, tondeuses de jardins ou de terrains de sports, des robots nettoyeurs de piscines…

Blog Humanoides fr innorobo 2013 interview pic21

Pourriez-vous nous parler de cette mystérieuse expérience qui va être mise en place en collaboration avec le Laboratoire de l’Inquiétante Étrangeté (sans spoiler non plus l’effet de surprise) ?

C.S. : Notre culture a une influence sur notre perception et adoption des nouvelles technologies et notre façon d’approcher les activités culturelles est en retour influencée par ces mêmes nouvelles technologies. L’expérience que l’association LIE, en collaboration avec l’ENSATT et la société Robotique Concept, est là pour nous faire vivre une rencontre singulière entre l’homme et le robot.

Dmitri Grishin (qui sera présent cette année à Innorobo) est un fervent défenseur des startups et pense qu’elles seront la clé de la robolution, thème cher à Bruno Bonnell également. Depuis ses débuts, Innorobo fait la part belle aux startups de la robotique et cette nouvelle édition ne déroge pas à la tradition. Comment se porte en France ce tissu de startups ? Est-ce le même constat chez nos voisins européens ?

C.S. : Pour que la robotique réalise ses promesses de croissance, il nous parait important que deux actions se concrétisent :

  • l’alignement d’acteurs clés majeurs d’industries connexes, ou potentiellement fortement impactées par les technologies robotiques, notamment les TIC, l’électronique grand public, les entreprises de service à la personne, l’industrie médicale et de santé, les services publics, … Innorobo travaille dur pour faire en sorte que ces deux mondes se rencontrent et se comprennent mutuellement. Ainsi, INNOROBO remonte en communication sur les enjeux sociétaux majeurs pour lesquels les technologies robotiques sont des solutions potentielles (notre main robotique, emblème d’INNOROBO 2013 est représentatif de ces enjeux)
  • le financement en phase d’amorçage et en phase de développement des start-ups robotiques. A ce jour, on compte plus de 60 sociétés de capital-risque, principalement américaines, qui ont investi dans des start-ups robotiques. En 2011 se sont créés deux fonds financiers dédiés à la robotique : Grishin Robotics (à l’initiative de l’entrepreneur Internet russe Dmitri Grishin, basé à New York) et Robolution Capital (à l’initiative de Bruno Bonnell en coopération avec Orkos Capital, basé en France). Ces deux fonds ont confirmé leur présence à INNOROBO 2013.

En France comme en Europe, les ponts entre Recherche et Industrie sont favorisés par les pôles de compétitivité et les initiatives territoriales et nationales. Les startups sont soutenues dans le cadre de programmes pour l’innovation ou d’appels à projets tri-partites (grand groupe, start-up, laboratoire). En Asie, il me semble que les liens sont plus directs entre start-ups et grands groupes. Au Japon par exemple, un grand groupe appointe un laboratoire sur un sujet particulier de recherche appliquée et le laboratoire travaille de concert avec des startups pointues de ce domaine.

Quant aux USA, de multiples start-ups se sont créées autour du MIT (Boston) et de Carnegie Mellon (Pittsburgh) et la Silicon Valley est en pleine accélération depuis un peu plus d’un an. Le SRI (Stanford Research Institute) a annoncé la mise en place d’une structure juridique et organisationnelle de Cluster (Silicon Valley Robotics Cluster), et l’intérêt des investisseurs va croissant. Plus de 160 millions de US$ ont été investis en 2011 par du Capital Risque sur la côte Ouest et le premier semestre 2012 montre des investissements en forte croissance. Les USA détiennent a minima deux leaders mondiaux de la robotique de service avec iRobot, pour les robots domestiques Roomba et Intuitive Surgical et ses robots de chirurgie DaVinci. Ces deux entreprises sont nées il y a moins de 10 ans en tant que start-ups issues respectivement du MIT et de Stanford.

Blog Humanoides fr innorobo 2013 interview pic3

Que peut espérer une jeune entreprise qui vient à Innorobo ?

C.S. : Cela dépend de l’état d’avancement de son projet/produit. L’argent est bien sur le nerf de la guerre mais ne fait pas tout. Il faut avant tout que la technologie robotique ou le robot réponde véritablement à un besoin et que la performance soit au rendez-vous.

Une jeune entreprise peut trouver des investisseurs à Innorobo car Innoecho met beaucoup d’énergie pour faire venir ces derniers. Mais la jeune entreprise avant d’intéresser les investisseurs doit aussi avoir un prototype ou un projet qui apporte des solutions ou propose des applications innovantes concrètes. Innorobo leur permet justement d’être confrontée à leur marché potentiel (B2B), à des regards et des conseils d’experts, et cela leur permet de faire évoluer leur prototype, leur réflexion et de mieux définir les contours de leur marché. Pour d’autres bien sûr, en phase plus avancée, cela peut être de trouver des distributeurs, des contacts extérieurs, mais aussi des fournisseurs. Nous avons des sociétés de composants robotiques qui sont présentes et indispensables à cette industrie.

A votre connaissance, existe-t-il des exemples de success story nés d’une rencontre au salon Innorobo ?

C.S. : Nous ne sommes pas au courant de tout ce qui se passe pendant et après Innorobo, mais Engineered Arts et son Robothespian était en 2012 présent à Innorobo tout comme le Futuroscope… et aujourd’hui Robothespian est présent au Futuroscope.

Robotswimm soutenu par notre partenaire SNCF en 2011 alors que la Corée était l’invité d’honneur a exposé ses robots poissons en Corée en 2012, Noalia Solutions, exposant en 2012 a obtenu des contacts importants pour sa technologie d’interface touchless avec les responsables Innovation de LG Europe.

Dongbu Robot (Corée du Sud) a signé un accord avec Gostai, fleuron technologique français depuis acquis par Aldebaran Robotics, Corebell a trouvé un distributeur, visiteur d’Innorobo, en la société Big Robots.

Un architecte, simple visiteur curieux lors de l’ouverture au grand public en 2012, est reparti avec des projets de bâtiment intelligent et de domotique suite à une discussion passionnée avec Zodianet

INNOROBO réunit en un seul lieu tout un écosystème propice à l’accélération de l’émergence d’une nouvelle industrie : la robotique de services.

Un grand merci à Catherine Simon de nous avoir accordé de son temps à quelques jours de l’ouverture du salon ainsi qu’à Béryl Bréas, Directrice de la Communication d’Innoecho, qui a rendu possible cette entrevue.

Nous vous donnons rendez-vous à Lyon la semaine prochaine !

Ces sujets vous intéresseront aussi :

Commentaires