L’impression 3D écologique à base d’algues par Le Fabshop | Humanoides | Robots, Drones et Intelligence Artificielle

7

14.11.13 L’impression 3D écologique à base d’algues par Le Fabshop

humanoides_fr_le_fabshop_swf_algues_impression_3d
   

A l’occasion du 3D Print Show, Le FabShop, atelier de fabrication digitale qui a déjà su se faire remarquer en organisant le premier Maker Faire français en octobre dernier (Saint-Malo), annoncera en exclusivité mondiale la création de l’impression 3D « écologique » à base d’algues.


Le Fabshop lance le SeaWeed Filament

Le Fabshop annoncera demain lors de l’ouverture du salon de l’impression 3D à Paris, la création de l’impression 3D écologique à base d’algues, baptisé SeaWeed Filament ou SWF. Il s’agit d’une première mondiale, en collaboration avec Algopack.

A ce jour, il existe des dizaines de matériaux disponibles sur le marché de l’impression 3D : des plastiques divers et variés en filaments ou en granulés, des métaux, des dérivés de papier, de cire, de sucre. Aucun d’entre eux n’a encore eu l’audace de se revendiquer « écolo ». A l’heure où l’impression 3D est en pleine ébullition, certains ont une longueur d’avance.

C’est le cas du FabShop qui depuis plus d’un an, travaille en collaboration avec la société bretonne Algopack pour l’élaboration du seaweed filament SWF. Avec une commercialisation prévue dès le printemps 2014, l’impression 3D écologique n’est donc plus un projet. Le FabShop -­ Avro Tech SAS, a transformé cette idée en réalité et annonce le lancement de ce nouveau matériau baptisé le seaweed filament SWF.

Conçu à base d’algues cultivées et récoltées en Bretagne, le seaweed filament SWF est un matériau innovant, fruit du partenariat de ces deux entreprises malouines, Le FabShop et Algopack.

En imaginant le SWF, nous avions pour ambition de révolutionner l’impression 3D qui constitue elle-même déjà une révolution. Nombre de technologies mettent des années à passer au vert. Nous, nous voulions dès à présent proposer une alternative intelligente en la matière, explique Bertier LUYT, Fondateur et Dirigeant du FabShop. L’algue nous est apparue comme une matière première intéressante et particulièrement adaptée à nos contraintes. Elle ne nécessite ni eau, ni pesticide, ni engrais pour sa croissance. Nous avons alors mis au point une formule compatible au process d’impression 3D qui devrait bientôt bouleverser la donne.

Le Fabshop sera présent lors du salon de l’impression 3D Printshow sur le stand 10.

Ces sujets vous intéresseront aussi :

7 commentaires pour “L’impression 3D écologique à base d’algues par Le Fabshop”

  1. Arthur dit :

    « Aucun d’entre eux n’a encore eu l’audace de se revendiquer  » écolo « . »

    Franchement.
    Le plastique le plus utilisé pour le filament, le PLA, est fait a partir d’amidon de mais …
    Faut se documenter un peu. Des fois.

  2. Franck dit :

    Qu’est ce que vous n’avez pas compris dans cette phrase ?
    En effet, le PLA est fait à partir d’amidon, qui est une matière renouvelable. Mais aucun constructeur n’avait encore jamais eu l’idée de communiquer sur le fait que l’impression 3D avec le bio-plastique PLA est un acte « écolo ».

  3. Arthur dit :

    Le probleme c’est que des phrases comme « l’impression 3D écologique n’est donc plus un projet », laissent penser qu’il s’agit du premier filament « écologique ».

     » Et c’est biodégradable ? « ,  » Et c’est bio ?  » est une des premieres questions que demandent les gens qui découvrent les imprimantes 3D, aux evenements en particulier. Le fait que le PLA est produit a partir de materiel végétal est tres connu dans la communauté.

    Une simple recherche Google montre que plusieurs vendeurs de filament ont déja communiqué sur ce fait spécifiquement.

    Je maintiens donc : manque de documentation.

  4. le FabShop dit :

    le PLA est bien une matière bio-sourcée, élaborée à partir d’amidon de maïs, le plus souvent OGM qu’il a fallu : planter, arroser, traiter contre les maladies, sur lequel il a été pulvérisé des engrais, avant de le récolter.
    la matière première dont est fait le SWF, l’algue est une ressource naturelle, renouvelable, qui ne nécessite ni arrosage, engrais, traitement chimique avant récolte.

  5. Arthur dit :

    Je ne dis pas que certains materiaux ne sont pas plus écolos que d’autres.
    Mais dire que personne n’avait encore eu « l’audace de se revendiquer écolo » est une erreur factuelle : http://www.faberdashery.co.uk/sustainability/ ( un exemple parmis d’autre ).
    Du filament fait a partir d’algues, c’est un progres et c’est super ( et breton en plus, wah ) !
    Par contre des articles faits a partir de communiqués de presse, c’est du recyclage aussi, mais des fois ca peut faire dire des betises :)

  6. Franck dit :

    « L’algue nous est apparue comme une matière première
    intéressante et particulièrement adaptée à nos contraintes. Elle ne
    nécessite ni eau, ni pesticide, ni engrais pour sa croissance. » « ni
    eau » : dans quoi poussent les algues ? « ni pesticide, ni engrais » :
    a la base, aucune plante n’a besoin de ces produits pour pousser
    non plus…. Chouette, après la Timac, une autre idée pour piller
    un peut plus les ressources marines… a moins que vous aillez
    trouver une utilité aux algues vertes et dans ce cas bravo
    !

Commentaires