Airbus introduit des robots humanoïdes dans ses usines

3

20.02.14 Airbus introduit des robots humanoïdes dans ses usines

humanoides_Futurassy_2
   

Airbus ne se contente plus d’utiliser des robots pour inspecter ses avions, mais a décidé de les impliquer dès la fabrication de ceux-ci. L’avionneur européen vient d’annoncer avoir introduit un robot humanoïde dans une usine en Espagne fabriquant des pièces pour l’A380. Une première chez le fabricant d’avions, où la chaîne de fabrication est encore très manuelle.

FUTURASSY est le nom donné à ce projet de recherche et technologie qui vise à introduire des plateformes robotiques dans l’optique d’automatiser les processus sur les chaînes de montage des usines d’Airbus.

Le premier appareil vient d’être installé dans l’usine de Puerto Real, près de Cadiz dans le sud de l’Espagne. Il s’agit de la plateforme développée par le japonais Kawada, le NEXTAGE, qui équipent de nombreuses usines au Japon. C’est un robot de type semi-humanoïde avec deux bras et un buste mais des roulettes à la place des jambes. Chaque bras possède des attaches pour y accrocher différents outils selon les besoins de l’opérateur. Chaque bras peut supporter des charges allant jusqu’à 1,5 kilogrammes. Le robot mesure 174 cm (de la tête à sa base) et pèse 49 kilogrammes (buste + base).

humanoides Futurassy

Un an après que son concurrent américain Boeing l’ait fait pour ses usines, Airbus va faire collaborer entre eux, ouvriers humains et robots dans l’étape de rivetage des gouvernes des ailes de ses A380. Après le secteur automobile, c’est au tout du secteur aéronautique de s’emparer des robots collaboratifs, appelés également cobots. La cadence de production dans l’aéronautique est moins soutenue que dans l’automobile, d’où une arrivée tardive de l’automatisation des procédés.

C’est le premier robot et notre intention est de les introduire progressivement pour les tâches répétitives, laissant les hommes se consacrer à des tâches à plus haute valeur ajoutée, a expliqué un porte-parole de l’avionneur à l’AFP.

Le projet Futurassy se divise en deux parties : la première appelée « Cellules robotiques standard », qui va servir à trouver des solutions d’automatisation des processus d’assemblage des avions. Ici, l’objectif est la réduction de coûts et la recherche de solutions autonomes et polyvalentes. Le deuxième champ d’étude sera la cobotique ou les « robots collaboratifs », soit la cohabitation entre l’humain et le robot dans une tâche commune. Ici l’objectif recherché sera le partage des tâches, la mise en commun d’outils et de ressources.

Ces sujets vous intéresseront aussi :

3 commentaires pour “Airbus introduit des robots humanoïdes dans ses usines”

  1. Steff dit :

    Euh la photo c’est pas plutôt un Nextage ?

Commentaires