Sony repart à la conquête des robots domestiques

0

24.04.14 Sony repart à la conquête des robots domestiques

Sony-se-prépare-à-sortir-un-robot-humanoide-de-compagnie
   

Sony, ce géant déchu de l’électronique, semble vouloir repartir à la conquête des robots. La firme japonaise avait pourtant de beaux projets à l’époque : Aibo, le chien robot de compagnie sorti en 1999, Rolly le lecteur de musique en forme d’oeuf et Qrio, un robot humanoïde compagnon développé entre 2003 et 2006 mais jamais commercialisé. Sony n’a pas dit son dernier mot comme le montre la récente découverte d’un brevet déposé au registre américain.

Le brevet a été publié le 13 mars 2014 mais cela faisait près de deux ans que Sony l’avait publié. En effet, le 16 avril 2012, l’inventeur Tsutomu Sawada a déposé ce titre de propriété industrielle pour protéger un prototype de robot ainsi que son mode de contrôle sous le titre « Robot, méthode de contrôle du robot, programme informatique et support de stockage du programme » (Robot device, method of controlling robot device, computer program, and program storage medium). Tsutomu Sawada est un chercheur qui avait notamment travaillé sur les projets de robotique de Sony. D’ailleurs, cela se ressent car il y a de très fortes ressemblances avec le Qrio.

Quel type de robot est décrit dans ce brevet ?

Le brevet décrit un robot ressemblant de la tête aux pieds au Qrio, à un détail près, ses jambes. En effet l’humanoïde ne posséderait plus de jambes mais se tiendrait debout sur des roulettes comme en témoignent ces croquis.

Sony repart à la conquête des robots

Ce nouveau robot humanoïde serait pourvu de tous les capteurs dont a besoin un robot de compagnie pour la maison ou un robot assistant de bureau.

Quelle différence avec le QRIO ?

Le Sony Dream Robot aussi appelé SDR-3X ou encore QRIO dans sa version prototype finale, devait être un compagnon domestique capable de reconnaissance vocale et faciale, de synthèse vocale de localiser d’objets dans l’espace. Bien que son prix n’ait jamais été dévoilé, les estimations tournent aux alentours de 25 000 à 40 000 euros. Certes, le QRIO était un bijou de technologie avec ses 40 dégrés de liberté, ses 60 cm de haut, ses 7 kilos et ses dix petits doigts actionnés individuellement, mais ses performances limitées ne justifiaient pas une telle somme.

Un robot Sony avec 30 degrés de liberté

Sony a compris la leçon et le robot décrit dans ce brevet est une version simplifiée du Qrio. Exit les jambes, place à des roulettes qui vont permettre au robot de se déplacer plus rapidement et avec une meilleure stabilité. Les mains ont également été remplacées par des pinces. Celles-ci seront capables de saisir et soulever des objets plus simplement qu’avec des doigts. Côté degrés de liberté, le nouveau robot en possédera une trentaine. Côté capteurs, il conserve les deux caméras stéréoscopiques et la caméra fisheye placée sur le dessus de sa tête.

En somme, un robot moins cher à produire et plus simple à maintenir en service pour l’utilisateur.

Un brevet qui soulève des questions ?

Le brevet décrit en effet un robot mais celui-ci n’en est pas le sujet principal. L’auteur s’est focalisé sur un logiciel d’auto-diagnostic pour les caméras du robot. Il peut faire la différence entre une rayure ou un peu de poussière sur la lentille d’une caméra, en comparant différentes images entre elles. En utilisant cette même méthode d’analyse, il peut également détecter des tâches sur la main du robot ou sur un objet quelconque dont il se saisit.

La plupart des robots actuels munis d’une caméra sont capables de détecter et identifier des objets dans un environnement quelqconque à partir d’images prises par leur caméra. Mais l’efficacité de la détection et identification de ces objets repose sur la netteté de l’image. Par conséquent, quand il y a une saleté ou une rayure sur la lentille de l’appareil photo, ceci diminue de manière significative la capacité du robot à détecter et identifier l’objet. Le robot de Sony semble être capable de nettoyer cette saleté si besoin (voir le schéma où le robot se frotte la tête).

Sony a breveté un robot humanoide

Dans un autre registre de la saleté : si un robot se saisit d’un objet alors qu’il a les mains sales, l’objet va se retrouver souillé. Et si le robot le transmet à une personne, celle-ci risque de se salir les mains aussi.

Or Sony veut concevoir des robots domestiques à l’intention des personnes âgées, pratiques, serviables, autonomes. En effet au Japon, le vieillissement de la population va poser des problèmes dans les années à venir.

Pour le moment, Sony n’a pas fait d’annonce officielle au sujet de ce robot. On espère tous que ce brevet est le signe du grand retour de Sony au sein de la famille des robots.

Le futur robot de compagnon de Sony

Un système de vision révolutionnaire

Ces sujets vous intéresseront aussi :

Commentaires